Qui suis-je ? #02

Régulièrement, nous vous proposons de découvrir un arbre, un insecte, une plante, un animal présent sur les Coteaux de la Citadelle.

Lorsque je suis isolée, ma silhouette est ronde. Mais j’aime mieux former une haie.
On me trouve dans le pré Fabry des coteaux de la Citadelle et en bordure du bois des Carmélites.
Ma haie abrite de nombreuses espèces qui viennent nicher, se nourrir de mes cenelles, ou s’y réfugier.
Mes fleurs blanches, disposées en bouquet, sont odorantes et attirent nombre d’insectes.

Je suis…l’aubépine, Li blanke sipène, (du latin spina, épine en français, sipène en wallon), ou Crataegus, mon nom scientifique.

L’aubépine (li blanke sipène) est un arbrisseau de 2 à 4 m. Ses feuilles sont petites (5 cm max) et lobées. On y trouve la chenille du papillon gazé appelé aussi Piéride de l’aubépine (Aporia crataegi). Ce papillon est répandu au sud de la Meuse, mais rarissime en région liégeoise! Ses fleurs blanches sont en bouquet, mêlées aux jeunes feuilles. Elles sont odorantes et attirent les insectes butineurs.

L’aubépine donne des petits fruits rouges, appelés cenelles (pètchale en wallon), de la taille d’un pois. Ces fruits ont 1 noyau (aubépine monogyne) ou 2 noyaux (aubépine à 2 styles, dont les feuilles sont moins découpées). Les oiseaux en sont friands! L’aubépine à un style est répandue partout sur les coteaux mais est particulièrement visible à la ferme Fabry sous forme de haie ou d’arbustes isolés. Tandis que l’aubépine à deux styles est nettement plus rare sur les coteaux.

A partir du XVIIe siècle, on a planté beaucoup de haies. Celles-ci remplissent de nombreuses fonctions:

  • Paysagère (séparation),
  • Brise vent,
  • Protection du sol : anti érosion,
  • Protection de l’eau: tampon,
  • Abri pour de nombreuses espèces qui y nichent, s’y nourrissent, ou s’y réfugient. C’est une véritable niche écologique : on peut y trouver 10 à 20 types d’oiseaux, 10 à 20 espèces de mammifères, plusieurs centaines d’espèces d’insectes, plusieurs dizaines de pollinisateurs, d’araignées, des reptiles…
  • Corridor écologique précieux pour la circulation de la faune et de la flore.

Au XXe siècle, le remembrement, la mécanisation, le productivisme ont abouti à un arrachage massif des haies en milieu agricole, avec pour conséquences une diminution de la biodiversité, une érosion accrue due au ruissellement et au vent, un changement paysager.

Et dans la pharmacie ? On utilise les fleurs d’aubépine monogyne, la plus courante, en infusion pour ses propriétés cardiotoniques, régulatrices de la circulation, hypotensives.
Et dans la cuisine ? Les fruits, fades et farineux, étaient passés au moulin à légumes pour en faire une bouillie pour préparer du pain.

Sources :

  • Centre Nature de Fayenbois, Guide du Sentier Didactique – 1994
  • Arbres et arbrisseaux de Belgique et du Nord de la France, Louis Debot, Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique
  • Le Guide des Curieux en Forêt, Ph. Domont et N. Zaric, delachaux et niestlé
  • Etat des lieux des complexes bocagers en Pays de Loire, Fédération Régionale des Chasseurs, mars 2008

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Recevoir des informations

Nous vous avons envoyé un mail de confirmation. Merci de vérifier et de confirmer votre inscription.