Deux nouveaux papillons sur les Coteaux

Au cours d’une balade nature qui s’est tenue le 27 avril dernier sur les Coteaux de la Citadelle, nous avons eu la chance de d’admirer deux espèces de papillons peu communes dans la région liégeoise et non encore signalées sur le site.

Leptidea sinapisLa première, la piéride de la moutarde (Leptidea sinapis), a été repérée sur la prairie de la Ferme Fabry, un peu à l’est des châtaigniers remarquables. Un individu y butinait une fleur de vesce des haies, dans une petite clairière entre des aubépines, bientôt rejoint par deux autres exemplaires. Cette piéride est plus petite et plus élancée que ses cousines, la piéride du navet et la piéride de la rave, avec lesquelles elle peut être confondue en vol. Elle est cependant nettement moins commune et se trouve répandue surtout dans le sud de la Wallonie, principalement en Fagne-Famenne et en Lorraine et plus localement en Condroz et Ardenne. Dans la région liégeoise, la piéride de la moutarde apparaît particulièrement dispersé et rare. Le papillon vole d’avril à début septembre et affectionne les prairies bocagères, les coupes, lisières et chemins forestiers ensoleillés. La chenille ne se nourrit nullement de moutarde, comme le laisse entendre le nom vernaculaire de l’espèce, mais bien de différentes légumineuses comme les vesces, les luzernes, les gesses et autres lotiers, plantes bien représentées à la Ferme Fabry.

Cupido argiades femelle2C’est exactement à cet endroit que la seconde espèce a été notée: à savoir l’azuré du trèfle (Cupido argiades), aussi nommé argus mini-queue en raison du menu lobe pointu qui prolonge les ailes postérieures. Outre cette caractéristique, les ailes ont le revers des ailes gris clair orné d’une série de points et traits noirs et de deux petites taches orange près de la marge des postérieures. Le dessus des ailes est bleu pâle chez le mâle et brun à bleu noir chez la femelle, dimorphisme sexuel habituel chez les argus. En Belgique, ce papillon avait complètement disparu au cours du 20ème siècle alors que, historiquement, il était assez largement réparti. En 2008, l’espèce fait une réapparition remarquée dans le sud de la Wallonie et depuis lors, on signale chaque année des observations à travers le territoire, y compris en province de Liège où sa présence demeure cependant très discrète. Il est intéressant de préciser que si la majorité des données concerne des individus mâles connus pour leur comportement erratique, le spécimen découvert à la Ferme Fabry est une femelle, ce qui permet de penser que l’azuré du trèfle se reproduit sur le site. La chenille se nourrit avant tout sur les trèfles rampants et des prés, dans les prairies, les friches, les zones humides et les lisières forestières.

Sources :

http://biodiversite.wallonie.be/fr/leptidea-sinapis.html?IDD=50333906&IDC=279

http://biodiversite.wallonie.be/fr/cupido-argiades.html?IDC=280&IDD=50333838

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Recevoir des informations

Nous vous avons envoyé un mail de confirmation. Merci de vérifier et de confirmer votre inscription.